Du soleil… mais à petite dose

Protection contre le soleilIl suffit de feuilleter les magazines pour s’en rendre compte. Avec l’arrivée des beaux jours, les pages s’étoffent de mannequins à la mine radieuse et… à la peau généralement bronzée. Mais si, dans les pays occidentaux, être bronzé est à la mode, ça n’est pas pour autant signe de bonne santé.

Alors, on dit oui pour faire le plein de bonne humeur car le soleil dope notre moral et nous permet de nous recharger en vitamine D. Et on dit non aux expositions trop excessives, nocives pour notre santé. Et afin d’en profiter au maximum, on garde dans un coin de sa tête quelques précautions d’usage qu’on met à profit au… quotidien. Parce qu’il n’est pas question de se priver de baignade cet été !

Quel indice de protection choisir ?

Connaissez-vous votre type de peau ? On vous le souhaite. Pourquoi ? Parce que cela vous permettra d’éviter les impairs et surtout de vous protéger de manière efficace. Sachez que les types de peau se définissent en fonction de deux critères : la capacité à bronzer et la possibilité d’autoprotection de la peau. A noter que les phototypes sont classés en fonction de la couleur de la peau, des yeux et des cheveux.

 Icône SoleilIcône SoleilIcône SoleilIcône SoleilIcône SoleilIcône Soleil
Sujet extrêmement sensible au soleilHaute Protection (SPF 30-50)Très Haute Protection (SPF 50+)Très Haute Protection (SPF 50+)
Sujet sensible au soleilMoyenne Protection (SPF 15-20-25)Haute Protection (SPF 30-50)Très Haute Protection (SPF 50+)
Sujet à peau intermédiaireFaible Protection (SPF 6-10)Moyenne Protection (SPF 15-20-25)Haute Protection (SPF 30-50)
Sujet à peau assez résistanteFaible Protection (SPF 6-10)Faible Protection (SPF 6-10)Moyenne Protection (SPF 15-20-25)

SPF : Sun Protection Factor ou Facteur de Protection Solaire (FPS)

Les précautions à prendre

  • On fuit le soleil entre 12 heures et 16 heures. Ça laisse encore pas mal de temps, non ?
  • On évite les coups de soleil qui plus est à répétition – surtout durant l’enfance et l’adolescence – qui peuvent entraîner le développement de cancers de la peau.
  • On se tartine de crème solaire au minimum toutes les deux heures et impérativement après chaque baignade. Évidemment, on mise sur un indice élevé (SPF 30 au minimum).
  • On se protège aussi en portant des lunettes de soleil, une casquette ou un chapeau, un tee-shirt ou un lycra.
  • On pense à répéter ces gestes en dehors de la plage : à la piscine, dans le jardin, dans la rue et même au sport.

Protégeons aussi nous yeux

Lunettes de soleilSi mettre de la crème est un réflexe, surtout à la plage, on ne pense pas forcément toujours aux lunettes de soleil… surtout pour les enfants ! Or, nos yeux sont fragiles et méritent qu’on les protège. S’ils sont trop agressés par le soleil, cela peut entraîner de graves conséquences et des maladies telles que :

  • L’ophtalmie, résultat d’une brûlure de la cornée par les ultraviolets comparable à un coup de soleil à l’œil mais qui guérit généralement dans laisser de séquelles.
  • La cataracte, première cause de cécité dans le monde et dont 20% des cas sont dus à une exposition répétée au soleil.
  • La DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age), qui est favorisée par une exposition prolongée au soleil. Elle est la première cause de malvoyance en France et entraîne une perte progressive de la vision.

Même si ces pathologies peuvent être traitées, il vaut mieux prévenir que guérir. Et le meilleur moyen est de protéger nos yeux avec des lunettes de soleil. Mais attention, pas n’importe lesquelles !

Contrairement aux idées reçues, les verres foncés sans filtre 100% UV ne protègent pas des rayons solaires mais permettent simplement d’éviter l’éblouissement. Cela provoque une dilatation de la pupille qui laisse passer les UV néfastes. Pour une réelle protection, mieux vaut choisir des polarisants, de façon à supprimer la réverbération et donc l’éblouissement.

Attention au coup de chaud !

L’insolation, également appelée coup de chaleur, est responsable de troubles qui peuvent s’avérer très graves. Elle se traduit sous la forme d’une défaillance du système naturel de thermorégulation, lequel permet à la température interne du corps de rester à 37°C. Elle touche essentiellement les enfants. Alors, pour éviter de se retrouver aux urgences et profiter de l’été en toute sérénité, on respecte ces mesures préventives :

  • On pense à boire de l’eau régulièrement et beaucoup et même si l’on n’a pas soif.
  • On oublie l’idée de faire la sieste au soleil. C’est tentant mais dangereux.
  • On évite les efforts quand le soleil est au zénith. Idem durant les deux heures suivant les repas.
  • On ne court pas torse nu.
  • On abandonne l’idée de se glisser dans des vêtements serrés et de couleur foncée (au soleil) et on se coiffe d’un chapeau.
  • On le laisse personne dans une voiture en plein soleil.
  • On s’asperge régulièrement la nuque et le front.
  • On garde dans un coin de sa tête les premiers symptômes : maux de tête, vertige, nausée. Puis survient une grande fatigue, un sentiment d’épuisement, des convulsions voire un coma qui peut causer la mort. En conséquence, au moindre doute, on fonce chez le médecin, surtout s’il s’agit d’un enfant ou d’une personne âgée. Au pire, on compose le 15 pour joindre le Samu.

Tee-shirt et combinaison anti-UV : deux indispensables !

La mode, née il y a plus de dix ans en Australie, où le trou dans la couche d’ozone rend les hommes plus vulnérables aux rayons ultraviolets, a entraîné une recrudescence des cancers de la peau. Au fil du temps, cette pratique se repend dans les autres pays. Ces protections vestimentaires efficaces sont un bon complément à la crème solaire, mais ne dispensent pas d’en mettre pour autant sur les parties du corps qui ne sont pas protégées (visage, jambes, cou, pieds…).

Son indice de protection est identique quelle que soit la couleur et qu’il soit mouillé ou non. Il permet de protéger les peaux sensibles du soleil mais aussi des frottements lors de la pratique des sports nautiques.

Et mes cheveux dans tout ça ?

Cheveux blonds au soleilOn les oublie trop souvent à tort, mais nos cheveux ont également besoin d’être protégés en été. Leurs pires ennemis ? Les rayons du soleil et le vent qui fragilisent la kératine et dessèchent la fibre capillaire. Sans oublier les UV qui oxydent la mélanine. A cela, on ajoute un peu de sel et de sable et c’est le tiercé gagnant. Bilan ? On affiche des cheveux secs et ternes. Dans la foulée, on assiste à l’apparition de fourches. Et pour les brosser, on a tout intérêt à s’accrocher ! Bref, ce n’est pas gagné.

Alors avant d’opter en urgence pour une coupe minimaliste, on respecte quelques règles d’usage :

  • On coiffe sa tête d’un chapeau durant l’exposition au soleil. Vous n’êtes pas fan ? Un joli foulard ou une casquette feront tout aussi bien l’affaire.
  • On évite de mouiller ses cheveux quand on se baigne à la mer. Idem en piscine. Parce que les cheveux mouillés sont fragilisés. Pas simple donc ! Allez, on se rassure. On les attache bien haut sur le crâne et on fait – un peu – attention. Astuce : on pense à appliquer une huile protectrice ou un soin anti-UV résistant à l’eau, si on fait partie de celles qui passent leur temps dans l’eau.
  • On sèche délicatement ses cheveux mouillés avec une serviette pour limiter la casse.

Quelques conseils pour protéger ses cheveux du soleil

On adopte le réflexe gagnant : un shampoing, un après-shampoing et un masque. Parce que faire un soin, ça leur fait du bien. A chaque type de cheveu, son propre rituel beauté :

  • Cheveux longs et mi-longs : on les préserve du soleil en les tressant et en les recouvrant d’huile de palme.
  • Cheveux bouclés : on mise sur un masque nourrissant au beurre de karité.
  • Cheveux colorés : on préfère les brumes capillaires en spray adaptés aux cheveux colorés durant l’exposition au soleil. On en vaporise régulièrement de la racine jusqu’aux pointes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *