Faciliter le transit intestinal

Inconfort, ballonnement, douleur abdominale, lourdeur… autant de maux généralement bénins qui réussissent pourtant à nous plomber le moral – et le ventre – en raison de la sensation désagréable qu’ils occasionnent. La constipation en est l’expression la plus fréquente même si elle fait partie de ces maux dont il est encore difficile – voire tabou – de parler.

Transit intestinalUn sujet sensible et intime, occasionnel ou chronique, qui concerne pourtant 16 millions de Français selon le laboratoire Bayer HealthCare, des femmes pour l’essentiel puisqu’elles sont deux à trois fois plus touchées que les hommes. Les raison avancées sont d’ordre physiologique : leur transit intestinal est plus lent que celui de leurs homologues masculins. Mais pas seulement. Dans la balance on rajoutera les cycles hormonaux, facteurs d’apparition de troubles intestinaux (règles, ménopause), les grossesses (29% des femmes ont vu apparaitre ces symptômes alors qu’elles étaient enceintes) et la période post-accouchement.

Les personnes âgées sont également touchées. En cause, la sédentarité et parfois la prise de certains médicaments. Même les enfants ne sont pas épargnés. C’est le cas notamment de ceux qui se retiennent d’aller aux toilettes à l’école.

Les causes de ce dysfonctionnement

Femme qui a mal au ventreSoit. Mais à partir de quand peut-on parler de constipation ? Selon les médecins, il y a constipation quand on se rend à la selle moins de trois fois par semaine, que ce rythme perdure durant des semaines voire des mois, et/ou lorsque les selles sont difficiles à évacuer. Lorsque le transit intestinal « se déglingue », laissant apparaitre des troubles occasionnels ou chroniques, il est alors essentiel de se pencher (très) sérieusement sur nos assiettes et ce que nous y mettons ainsi que sur nos conditions de vie : mauvaises habitudes alimentaires, hydratation insuffisante, modification du régime alimentaire (due à un voyage à l’étranger par exemple)… Ajoutez à cela une dose de stress et/ou d’anxiété (parfois les deux) et un manque d’exercice physique et vous obtenez le tiercé gagnant !

La constipation peut se manifester sous différentes formes. Elle peut être occasionnelle. Dans ce cas, elle est généralement imputable à un changement de nos habitudes. Elle peut également être chronique et être le résultat d’une mauvaise hygiène de vie (alimentation déséquilibrée, peu ou pas d’exercice, peu ou pas assez de boisson…). Enfin, elle peut survenir soudainement, auquel cas mieux vaut en parler avec votre médecin car elle peut cacher des cause médicamenteuses ou médicales.

Quels sont les aliments à éviter ?

Aucun réellement ! Ça, c’est une bonne nouvelle. En revanche, mieux vaut en consommer certains à faible dose. On citera pêle-mêle les plats épicés et riches en graisses, les aliments frits, les féculents et les farineux (du type pomme de terre, riz…), dont la consommation doit être limitée. Évitez également les aliments qui fermentent (lentilles, haricots blancs, chou…).

Si vous souffrez d’une « paresse » intestinale, évitez aussi les aliments suivant : le sel, la caféine, les sodas, l’alcool, le sucre, les produits laitiers qui contiennent de l’acide lactique et les viandes aux graisses saturées. En effet ces aliments sont généralement difficiles à digérer.

[pub type= »banniere »]

Et ceux à privilégier ?

Mélange de légumesMisez sur les produits riches en fibres. Celles-ci vont retenir l’eau puis gonfler et agir sur le transit qu’elles vont contribuer à accélérer. Optez donc pour les légumes verts, les céréales, les crudités, le pain complet, les fruits (frais et secs). Les fibres alimentaires contribuent à produire des selles faciles à évacuer.

De plus, les fruits et les légumes contiennent des substances qui suppriment des toxines et aident à les chasser hors du système digestif. Pelez les légumes le moins possible. C’est dans leur peau que se trouvent le plus de fibre.

Des laxatifs naturels

  • Femme qui mange des fruitsLes pommes parce qu’elles stimulent l’intestin
  • Le melon et la pastèque pour leur forte teneur en eau
  • Les tomates, les oignons et les légumes à feuilles vertes.
  • Le jus de pommes qui contient du sorbitol (sucre).

Astuce : abusez de la papaye ! Ce fruit est incontestablement l’allié des personnes constipées.

Bon à savoir pour prévenir la constipation

  • Mangez à des heures régulières et évitez les repas pris « sur le coin de la table », ou pire carrément debout.
  • Buvez jusqu’à deux litres par jour, de l’eau de préférence. Soupe et jus de fruit peuvent être une alternative pour ceux qui éprouvent des difficultés à boire cette quantité dans la journée.
  • Bougez-vous ! Marchez et privilégiez des activités qui stimulent la ceinture abdominale. En plus ça vous permettra de déstresser.
  • Ne vous retenez pas d’aller aux toilettes (on ne le dira jamais assez). Et c’est valable pour les enfants aussi.
  • Relaxez-vous !

Une bonne dose d’astuces

  • Le matin à jeun, buvez un jus de pruneaux, de raisin frais, des jus d’agrumes (citron, pamplemousse, orange notamment). Ce sont de très bons laxatifs naturels.
  • Toujours à jeun le matin, buvez un verre d’eau.
  • Consommez des figues crues, du melon, de la rhubarbe.
  • Privilégiez l’huile d’olive et de colza qui agissent comme des lubrifiants digestifs.
  • Mélangez de l’huile essentielle de marjolaine ou de romarin dans un peu d’huile nature. Massez-vous le ventre dans le sens des aiguilles d’une montre moins d’une minute et appuyez doucement autour du nombril.
  • Sous sa forme buvable, l’aloe vera régularise le transit intestinal et atténue les irritations du colon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *