La danse : une activité exigeante et complète

Entre chat, pointé, relâché, pas glissé… Entrez dans la danse : c’est bon pour la ligne et l’esprit.

Plébiscitée par les médecins, la danse est un art exigeant et complet. Alliance de mouvements musculaires et d’émotions, interaction avec l’autre, écoute musicale et recherche d’une création harmonieuse, la danse aspire au dépassement de soi tout en restant ludique. Focus sur cinq typologies de danse.

La danse classique

Danse classique

Si ces origines remontent à la renaissance italienne, la danse classique a reçu ses lettres de noblesse à la cour de Louis XIV. Plus tard, c’est la danseuse Marie Taglioni qui lance en 1832 les premières pointes : éléments indispensables de cet art.

Concrètement, ce type de danse utilise une barre pour travailler souplesse et équilibre. Idéale pour acquérir une posture de dos très droit et des abdominaux en béton, la danse classique sollicite l’ilio-psoas : un ensemble de muscles profonds qui relie les cuisses au bassin et aux vertèbres lombaires. Ce groupe de muscle permet de monter les jambes pour réaliser des développés devant et sur le côté.

Résultats ?

Les muscles s’allongent, de dos devient musclé, jambes et fesses prennent un joli galbe et le ventre s’aplanit avec grâce.

Quel équipement pour la danse classique ?

Justaucorps, collant, demi-pointes et pointes.

La danse contemporaine

Danse Contemporaine

Après la seconde guerre mondiale, la notion de danse contemporaine fait son apparition, en rupture totale avec toutes les autres formes de danse, allant même jusqu’à la « non danse » des années 90 !

La danse contemporaine cherche à surprendre et à faire passer un message, en mêlant toutes formes de musiques et de sons. Le corps travaille en relâché : c’est la recherche de l’équilibre dans le déséquilibre.

On est loin des règles strictes de la danse classique ! Descente, chute, roulade, rebond, suspension sur un pied, course sont autant de mouvements enchaînés dans la danse contemporaine.

Résultats ?

Le buste est tonique, le dos mobile et souple, le bassin fluide. La respiration est mieux maîtrisée.

Quel équipement pour la danse contemporaine ?

Vêtements souples et pieds nus.

La danse Jazz

Issue de l’Amérique des années 30, la danse jazz est technique, rythmée et dynamique. Elle utilise les bases de la danse classique associées à des influences de danses africaines.

Il s’agit donc de coordonner des mouvements, tout en contrôlant la gravité et les isolations de certaines parties du corps. Au final, plus de positions pliées, d’étirements et de gestes saccadés.

Résultats ?

Mêmes bénéfices que pour la danse classique – posture, souplesse, élasticité – avec une musculature qui se développe plus en rondeur et en galbe. Idéale pour obtenir des cuisses et des fessiers musclés et améliorer la coordination des mouvements entre bras et jambes.

Quel équipement pour la danse jazz ?

Legging, tee-shirt ou débardeur, chaussons souples.

La danse de salon

Tango, valse, rumba, salsa, rock… toutes les danses qui se pratiquent en couple rentrent dans cette catégorie. Contrairement aux idées reçues, les danses de salon sont difficiles puisqu’il s’agit avant tout de se contrôler, d’être à l’écoute et de coordonner ses pas avec ceux de son/sa partenaire.

Mémorisation, coordination et endurance sont ainsi les bases de cette danse. Outre les bras, les jambes, les fessiers et les mollets, le cœur est l’un des muscles les plus sollicités. Certains morceaux de musique alternent les rythmes lents et rapides, le danseur suit alors un véritable entrainement fractionné.

Résultats ?

Posture renforcée, contrôle du bassin, tonicité des muscles du dos, jambes, fessiers et mollets plus musclés, endurance du cœur accrue.

Quel équipement pour la danse de salon ?

Justaucorps et jupe de danse fluide pour les femmes, chemise et pantalon fluide pour les hommes. Chaussures de danse adaptées.

La danse urbaine

Danse urbaine

Inspirée des danses nées dans la rue, la danse urbaine – hip-hop, new style, breakdance, popping… – offre un large éventail de tendances. Quel que soit le style, la sollicitation musculaire est intense et le travail sur les articulations très important.

Autre composante essentielle de ce type de danse : la rapidité. Les mouvements au sol ou debout s’enchaînent à toute allure et nécessitent donc un entraînement cardio régulier et sérieux. Appuis sur les bras, sauts, rebonds, isolations du corps, larges mouvements de pliés constituent les éléments essentiels de cette danse.

Résultats ?

C’est bon pour la globalité du corps.

Quel équipement pour la danse urbaine ?

Vêtement souple et usage de baskets pour amortir les chocs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *