Micronutrition : Quand nos carences jouent sur notre équilibre

Parce qu’une alimentation inadaptée peut être à l’origine de variations de poids et de petits soucis de santé, la micronutrition diagnostique nos carences pour réajuster nos habitudes alimentaires et renouer avec notre équilibre. Explications.

Pourquoi sommes-nous carencés ?

Notre mode de consommation actuel (produits industriels pauvres en micronutriments, mode de culture intensive, déstructuration des repas) creuse nos carences. A la différence de la diététique classique qui repose sur l’équilibre des apports en protéines, lipides et glucides, la micronutrition s’attache à déceler nos déficits en micronutriments (vitamines, oligo-éléments, minéraux, acides gras essentiels) pour ensuite les corriger.

Comment se déroule le diagnostic ?

Questionnaire médicalVous êtes victime de perturbations fonctionnelles (prise de poids, fatigue, trouble de l’humeur, infections à répétition, problèmes de peau, mauvaise circulation, douleurs articulaires, migraines…) ? Vos carences en micronutriments sont peut-être la source de vos maux ou de vos « yoyos ». Lors d’une consultation, vous répondez à un questionnaire reposant sur l’évaluation d’une série de symptômes (digestifs, cutanés, infectieux, articulaires…).

Le médecin peut, par ailleurs, vous prescrire des analyses de sang et/ou d’urine. Ce bilan permettra de dégager votre profil et d’élaborer un modèle alimentaire adapté (accompagné ou non de compléments alimentaires), le tout sans frustration !

[pub type= »banniere »]

Quelles carences peuvent-être la source de quels troubles ?

A titre d’exemples, si vous vous sentez impatient, irritable et intolérant à la frustration, vous souffrez peut-être d’une insuffisance en sérotonine. Il est alors conseillé d’ajouter des aliments riches en protéines (œuf, jambon, laitage) à son petit-déjeuner et de faire une pause goûter vers 17h (1 produit laitier, 1 fruit et des amandes).

Des fruits coupésSi vous êtes fatigués dès le réveil, manquez de motivation et vous sentez « vidés », et que par ailleurs vous mangez peu de fruits et légumes et consommez beaucoup de produits laitiers, vous souffrez peut-être d’un déficit en fer, iode, acide gras, en oméga 3 et magnésium. Comblez ce manque en consommant davantage de fruits de mer (coques, crevettes, crabes, langoustes), de foie, d’œufs, d’avocat, de lentilles, de haricots et de fruits oléagineux (amandes, noix de coco…), et boostez vos apports en oméga 3 grâce aux huiles de colza, de noix et de lin et aux poissons gras (sardines, maquereaux, saumon, thon, espadon).

A noter qu’un déséquilibre de la flore intestinale peut être la source de ballonnements, de troubles ORL et de migraines.

A partir de quand ressent-on les bienfaits ?

Dès la première quinzaine, vous noterez les premiers résultats concrets (bien-être général, perte de poids, diminution des troubles, endurance, tonus…) qui s’installeront durablement dès trois mois. A l’inverse d’un régime classique ou d’un traitement ponctuel, la micronutrition vous livre les clés d’un nouveau mode d’alimentation 100% adapté à votre profil et donc facile à adopter sur le long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *